Mário MACILAU

Native country / Pays d'origine :

Mozambique

Biography :

Mário Macilau is a multidisciplinary artist and activist, best known for his photographic work which he started in 2003. He was born in 1984 in Maputo and grew up, as do many children, working hard to help support his family in what were difficult circumstances within Mozambique. Over the years, his work came to a wide audience internationally, with him winning several major awards, travelling extensively seeing his work featured in some of the most prestigious galleries, art fairs and exhibitions globally.

His photographic practice highlights identity, political issues and environmental conditions, at times working with socially isolated groups to bring to his audience not only awareness of the many social injustices and inequalities in the world, but also scenes of humanity, brotherhood, victory, love and hope, often taking portraiture as a point of departure, his approach being a key to unlock a broader perspective.

For Macilau, photography has the power to reveal stark truths about life, to develop the social consciousness and perception of issues in Mozambique and elsewhere. His photographs reveal how particular environments affect individuals in their domestic and working lives, always seeking to establish a level of trust with his subjects to prevent the physical presence of his camera becoming a mental or emotional barrier to his subjects.

He has also been selected as a Jury Member in several international photographic competitions and over time, became aware of the impact that art can have on social consciousness and public opinion. This awareness has led him to build a studio in a township in Maputo, where he could expand his personal creative activities and also provide art education and outreach projects. This venture has now progressed to include an International Artist-in-Residence programme, encouraging collaboration between emerging international visual artists and the local community. He also regularly attends the Annual Photography Master Class in Africa organized by the Goethe Institute, Johannesburg.

In 2015, his first large format book was published by Kehrer Verla in Germany, with text contributions from Roger Ballen, Mia Couto, Simon Njami and Olivia Nitis, together with an interview by Gabriela Salgado. The book presents his longterm project with street children in Maputo, spending time with them in order to gain a deeper understanding of their reality by entering into their private spaces: bridges and abandoned buildings where they live and sleep, very dark, damp and dangerous places. Through focusing on the individuality of these children, he believes he has created personal encounters that make us consider the condition of these affected children not as a lifestyle choice but as one of the consequences of ongoing social changes and the transformations of our human values.

AWARDS, 2010 Young ACP Photographer’s Competition, 2011 EVTZ Foundation prize, Germany, 2011 Santa Lucia Award, Spain, 2011 AECID Award for creation, 2011 Talent Prize, French Embassy, Maputo, 2012 Visa Pour La Creation from the French Institute, 2012 First prize from the Protection Project in Washington DC, USA and he was invited to participate in a human rights program with the United Nations Office, World Press Photo, and the Universal Rights Group, (2016). Macilau was also chosen as one of the Foreign Policy’s ‘100 Leading Global Thinkers’ at a ceremony in Washington D.C. (2015).

Macilau’s work has been featured regularly in solo and group exhibitions in his home country and abroad such as the 1:54 Art Fair in London, UK (2018), Art Madrid in Madrid, Spain, (2018 and 2019), Art Marbella, Spain, (2018), Third Beijing Photo Biennale, Beijing, China, (2018), Unseen, Amsterdam, The Netherlands, (2018), FNB Johannesburg Art Fair, South Africa, (2018), The Global Climate Summit, San Francisco, USA, (2018), The High Museum of Art in Atlanta, Georgia, USA, (2018), IPhoton Festival, Valéncia, Spain, (2017), Krakow Photomonth Festival, Krakow, Poland, (2017), the Indian Photography Festival-IPF, (2017), Hyderabad, India, (2017), Berlin Art Week at Kehrer Gallery, Berlin, Germany, (2017), Sicily Photobook Festival, Sicily, Italy, (2017), Porto Photo Fest, Proto, Portugal, (2017), “I don’t like Black People but I do like you”, Paulo Nunes Gallery, Portugal, (2017), Tbilisi Photo Festival, Tbilisi, Georgia, (2017), AKAA Art Fair, Paris, France, (2016), Macilau was also selected by Fotofestiwal in Łódź, Poland to present his first monograph ‘Growing in Darkness’ at a huge solo exhibition within the festival entitled ‘Discovery Show’ (2015). Other notable solo shows includes his participation at the 56th Venice Biennale, Italy, (2015), ‘The Road Not Taken’ at The Auction Room, London, (2015), ‘Nada Como O Tempo’ curated by Berry Bickle at Kulungwana Gallery in Maputo (2015), ENTRY PROHIBITED TO FOREIGNERS, Havremagasinet – Boden Art Center, Sweden, 2015, the Pangaea: New Art from Africa and Latin America, Saatchi Gallery, London, UK,
(2014), Fotofest Biennial, Houston, Texas, USA, (2014) and many others. His work is held in many private and public collections worldwide.

His work has been published in many newspapers and magazines globally and in May 2013 he was featured on Al Jazeera’s Artscape programme.

http://www.aljazeera.com/programmes/artscape/2013/04/20134221115587692 56.html

Macilau is also an entrepreneur and human rights activist, and actively runs and contributes to several projects aimed at raising awareness around social issues, social inclusion and economic empowerment.

Through the sale of his artworks, Macilau has raised about 30 000 USD over the past few years for organizations such as Positive Planet, Viva con Agua de Sankt Pauli, Gift of the Givers Foundation, Oxfam, and Independent Young Activists in Mozambique. As a motorcycle rider himself, Macilau is also a member of one of the largest motorcycle groups in Mozambique called MADODAS – whose primary interest as a group is to not only to ride together as a family, but to also participate and contribute to different communities by involvement in activities as well as by personal financial contributions.

Macilau is also founder of WALKING TOGETHER – WT, a non-governmental and not-for profit organization established in 2013. The organization aims to provide girls and woman access to education through making tools and resources available, and the ultimate goal of social stability and self-sustainability for the future.

Biographie :

Mário Macilau est un artiste multidisciplinaire et un activiste, surtout connu pour son travail photographique qu’il commence en 2003. Il est né en 1984 à Maputo et a grandi, comme beaucoup d’enfants, en travaillant dur pour aider à soutenir sa famille dans des circonstances difficiles au Mozambique. Son travail a été présenté à un large public international, et il a remporté plusieurs prix importants. Il a beaucoup voyagé et ses œuvres ont été présentées dans certaines des galeries, foires et expositions les plus prestigieuses du monde.

Sa pratique photographique met en lumière des questions d’identité, de politiques et environnementales, travaillant parfois avec des groupes socialement isolés pour apporter à son public non seulement la conscience des nombreuses injustices et inégalités sociales dans le monde, mais aussi des scènes d’humanité, de fraternité, de victoire, d’amour et d’espoir, prenant souvent le portrait comme point de départ, son approche étant une clé pour débloquer une perspective plus large.

Pour Macilau, la photographie a le pouvoir de révéler de dures vérités sur la vie, de développer une conscience sociale et la perception des problèmes au Mozambique et ailleurs. Ses photographies révèlent comment des environnements particuliers affectent les individus dans leur vie domestique et professionnelle, cherchant toujours à établir un niveau de confiance avec ses sujets pour éviter que la présence physique de son appareil photo ne devienne une barrière mentale ou émotionnelle.

Il a également été sélectionné comme membre du jury de plusieurs concours photographiques internationaux et, au fil du temps, a pris conscience de l’impact que l’art peut avoir sur la conscience sociale et l’opinion publique. Cette prise de conscience l’a conduit à construire un studio dans un township de Maputo, où il a pu développer ses activités créatives personnelles et également proposer des projets d’éducation artistique et de sensibilisation. Cette entreprise a maintenant progressé pour inclure un programme d’artiste en résidence internationale, encourageant la collaboration entre les artistes visuels internationaux émergents et la communauté locale. Il assiste également régulièrement à la Master Class annuelle de photographie en Afrique organisée par le Goethe Institut de Johannesburg.

En 2015, son premier livre grand format a été publié par Kehrer Verla en Allemagne, avec des contributions textuelles de Roger Ballen, Mia Couto, Simon Njami et Olivia Nitis, ainsi qu’une interview de Gabriela Salgado. Le livre présente son projet à long terme avec les enfants des rues de Maputo, en passant du temps avec eux afin de mieux comprendre leur réalité en entrant dans leurs espaces privés : les ponts et les bâtiments abandonnés où ils vivent et dorment, des endroits très sombres, humides et dangereux. En se concentrant sur l’individualité de ces enfants, il cherche à nous faire voir la condition de ces enfants affectés non pas comme un choix de vie mais comme l’une des conséquences des changements sociaux en cours et des transformations de nos valeurs humaines.

PRIX, Concours des jeunes photographes ACP 2010, Prix de la Fondation EVTZ 2011, Allemagne, Prix Santa Lucia 2011, Espagne, Prix AECID 2011 pour la création, Prix Talent 2011, Ambassade de France, Maputo, Visa Pour La Création 2012 de l’Institut Français, Premier prix 2012 du Projet Protection à Washington DC, USA et il a été invité à participer à un programme sur les droits de l’homme avec le Bureau des Nations Unies, World Press Photo, et le Groupe des Droits Universels, (2016). Macilau a également été choisi comme l’un des “100 principaux penseurs mondiaux” de la politique étrangère lors d’une cérémonie à Washington D.C. (2015).

Le travail de Macilau a été régulièrement présenté dans des expositions individuelles et collectives dans son pays et à l’étranger, comme la 1 :54 Art Fair à Londres, Royaume-Uni (2018), Art Madrid à Madrid, Espagne, (2018 et 2019), Art Marbella, Espagne, (2018), Troisième Biennale de la photo de Pékin, Pékin, Chine, (2018), Unseen, Amsterdam, Pays-Bas, (2018), FNB Johannesburg Art Fair, Afrique du Sud, (2018), Le Sommet mondial sur le climat, San Francisco, États-Unis, (2018), le High Museum of Art à Atlanta, Géorgie, États-Unis, (2018), le Festival IPhoton, Valéncia, Espagne, (2017), le Festival Photomonth de Cracovie, Cracovie, Pologne, (2017), le Festival de photographie indien-IPF, (2017), Hyderabad, Inde, (2017), Semaine d’art de Berlin à la galerie Kehrer, Berlin, Allemagne, (2017), Festival du livre photo de Sicile, Sicile, Italie, (2017), Festival de la photo de Porto, Proto, Portugal, (2017), “Je n’aime pas les Noirs mais je vous aime bien”, Galerie Paulo Nunes, Portugal, (2017), Festival de la photo de Tbilissi, Tbilissi, Géorgie, (2017), AKAA Art Fair, Paris, France, (2016), Macilau a également été sélectionné par Fotofestiwal à Łódź, en Pologne, pour présenter sa première monographie “Growing in Darkness” lors d’une grande exposition personnelle dans le cadre du festival intitulé “Discovery Show” (2015). Parmi les autres expositions personnelles remarquables, citons sa participation à la 56e Biennale de Venise, en Italie (2015), “The Road Not Taken” à l’Auction Room de Londres (2015), “Nada Como O Tempo” organisée par Berry Bickle à la Kulungwana Gallery de Maputo (2015), ENTRY PROHIBITED TO FOREIGNERS, Havremagasinet – Boden Art Center, Suède, 2015, the Pangaea : New Art from Africa and Latin America, Saatchi Gallery, Londres, Royaume-Uni, (2014), Fotofest Biennial, Houston, Texas, USA, (2014) et bien d’autres. Ses œuvres font partie de nombreuses collections privées et publiques dans le monde entier.

Son travail a été publié dans de nombreux journaux et magazines du monde entier et en mai 2013, il a été présenté dans le cadre du programme Artscape d’Al Jazeera.

http://www.aljazeera.com/programmes/artscape/2013/04/20134221115587692 56.html

Macilau est également un entrepreneur et un activiste des droits humains. Il dirige et contribue activement à plusieurs projets visant à sensibiliser aux questions sociales, à l’inclusion sociale et à l’autonomisation économique.

Grâce à la vente de ses œuvres d’art, Macilau a récolté environ 30 000 USD au cours des dernières années pour des organisations telles que Positive Planet, Viva con Agua de Sankt Pauli, Gift of the Givers Foundation, Oxfam et Independent Young Activists in Mozambique. En tant que motard lui-même, Macilau est également membre de l’un des plus grands groupes de motards du Mozambique appelé MADODAS – dont l’intérêt principal en tant que groupe est non seulement de rouler ensemble en famille, mais aussi de participer et de contribuer à différentes communautés par l’implication dans des activités ainsi que par des contributions financières personnelles.

Macilau est également le fondateur de WALKING TOGETHER – WT, une organisation non gouvernementale et à but non lucratif créée en 2013. L’organisation a pour but de permettre aux filles et aux femmes d’accéder à l’éducation en mettant à leur disposition des outils et des ressources, et a pour objectif ultime la stabilité sociale et l’autonomie pour l’avenir.

Suspension temporaire des activités d'AAD sur le terrain

Comme vous le savez la propagation du Coronavirus s’étend au monde entier. Après l’Asie, l’Europe et le continent américain, le continent africain voit arriver l’épidémie de Covid19 avec une très grande inquiétude compte tenu des infrastructures sanitaires limitées dont il dispose dans certains pays.

Toute les équipes d’AAD souhaitent apporter leur soutien chaleureux aux artistes, professionnels, partenaires et volontaires engagés dans nos projets partout en Afrique.

Nous avons préventivement pris la décision de suspendre temporairement toutes nos activités sur le terrain afin de participer à la sécurité de toutes et tous et d’essayer de freiner la propagation du virus sur le continent.

On le sait aujourd’hui, la rapidité de mise en œuvre des mesures de protection des personnes à une échelle collective, est critique dans la lutte future contre l’impact de ce virus.

En ces temps de confinement, vous pouvez retrouver certains de nos projets et rester en contact sur: 

La page facebook d’African Space Art Project 

Le site AAD 

Le compte instagram AAD

La page facebook AAD

Surtout prenez soin de vous et de vos proches.

L’équipe AAD.